La méditation pour gérer les émotions difficiles

la méditation pour gérer des émotions douloureuses

La méditation offre un moyen extraordinaire pour apaiser des douleurs émotionnelles. Et n’importe quelle douleur d’ailleurs ! Mais elle fait bien plus que cela – comme favoriser la concentration et toutes nos capacités cognitives, la créativité, lutter contre l’anxiété et la dépression, renforcer nos défenses immunitaires et ralentir le processus de vieillissement !

Mais le sujet aujourd’hui est la douleur émotionnelle. C’est quelque chose qui nous concerne tous, sans exception. J’ai parlé de la méditation avant, mais pas tout à fait sous cet angle : aujourd’hui je vous en parle d’un point de vue très personnel, car je pense aussi que c’est de cette manière que l’on peut au mieux transmettre….

La méditation nous rend plus conscient, c’est comme si à l’aide de cet outil on apprend à mieux VOIR. Enlever la brume pour laisser émerger la clarté.

Vous m’avez certainement déjà entendu dire que la méditation n’a rien de mystérieux, d’étrange, réservé à un certain « genre » de personnes…non la méditation est accessible et « adaptée » à tous. C’est vraiment un outil « simple » pour améliorer sa vie sur tous les plans. Et cela dès aujourd’hui. C’est automatique, mécanique même je dirai- dès que vous travaillez l’état conscient et la présence, le cerveau et le reste du corps est soulagé. L’esprit et le mental sont soulagés. Tout est en cohérence car le corps, le mental et l’esprit se trouve au « même endroit ». Il n’y a plus de confusion, le mental n’est plus éparpillé ce que donne un signal de clarté aussi à votre corps.

Cette présence si « magique » qui change tout dans la vie… je ne sais plus où j’avais lu que

« Le centrage est le meilleur des médecines »

Et je ne pourrai être plus en accord avec cela. Quand on est centré, quand on est présent, les ruminations cessent ainsi que les projections et les appréhensions. Il n’y a plus le passé ni le futur pour nous « perturber » mais on EST tout simplement. Et cette sensation d’être -sans aucun jugement par rapport à ce que l’on puisse observer dans l’instant présent-apaise tout à l’intérieur. Cela peut parfois très bien être une sensation de douleur ou une émotion de tristesse, colère, frustration ou autre. Cela fait partie de la vie, cela fait partie de nos intérieurs, et c’est à accueillir exactement comme une émotion ou sensation agréable…

La méditation nous permet d’accueillir cette douleur dans un espace « sûr ». Un espace sans jugement, un espace où l’on a pris le rôle « d’observateur » pour permettre aux ressentis d’exister, les accepter et ensuite- petit à petit- pouvoir les transformer. Simplement, observer ses émotions comme une personne extérieure fait que les choses s’apaisent… car on ne s’identifie plus avec ces émotions. Ensuite, il y a l’acceptation de ce qui est.

La méditation peut soulager la douleur émotionnelle 

Récemment j’ai pu me dire, grâce aux états méditatifs, que je ne SUIS PAS ma douleur. Car cela fait que renforcer la douleur ! On commence pratiquement à s’identifier avec sa peine ! L’immobilité et le silence sincère que l’on se crée en méditant montre qu’il y a tellement plus à l’intérieur de nous. Et puis progressivement, petit à petit on peut choisir de placer son attention ailleurs. Je ne suis pas ma douleur, je suis tellement plus… je suis de la joie aussi !

La joie que mon papa m’a transmise par exemple, elle reste très présente et j’essaie plus que jamais de la cultiver chaque jour. Mon papa est mort récemment et je me suis dit que maintenant la vie « après » doit commencer. Je pense que c’était la personne la plus « immortelle » que j’ai pu connaître- c’est si difficile d’expliquer ! Un vrai guide. Probablement la plus grande raison pour laquelle je vous écris aujourd’hui. Pour laquelle je pratique le bien-être chaque jour. Pour laquelle j’ai choisie de transmettre ces outils de « vraie » santé  (la santé naturelle et l’auto-guérison j’ai baigné la-dedans depuis toute petite 🙂

C’était la personne qui m’a donné en abondance sans jamais compter, et qui m’a donné tellement d’amour que le jour où il est parti, l’une des premiers choses qui m’est venu à l’esprit dans la confusion et la tristesse était : « Personne ne m’aimera plus jamais comme il m’a aimé ». C’est la vérité. C’est – parmi d’autres-ce que je ressentais assis à côté de lui. Cette pensée parfaitement égoïste et enfantin en quelque sorte. Cette pensée de la petite fille à l’intérieur qui n’était pas du tout prête à laisser partir l’amour qui- pendant 32 ans- l’avait porté, protégé, sécurisé et apaisé- et qui maintenant avait peur de manquer. Terriblement peur du manque éternel.

Dalaï Lama le disait bien:

« La plupart de nos problèmes sont dus à notre désir passionné d’attachement aux choses que nous méprenons pour des entités durables. » 

Et la libération de l’attachement je la travaille dans ma méditation. Créer une sensation de sécurité, d’encrage et me rappeler que l’amour de mon papa ne pourra disparaître. Ça m’appartiendra pour toujours. Et l’amour est omnipresent…Vous savez quoi les amis, ça marche ! La douleur s’estompe, petit à petit.

On apprend, grâce à la méditation à prendre distance aux situations difficiles et émotions douloureuses. Il ne s’agit pas de les nier, ne pas les chasser de notre conscience mais simplement ne plus les laisser PRENDRE LE DESSUS dans notre vie.

Les émotions on veut, au contraire les garder dans notre vie ! Eprouver des émotions c’est ce qui nous rend humains, qui nous offre une sensibilité incroyable. Nous ne sommes pas des robots (thank god) mais on ressent à longueur de journée de la joie, tristesse, colère, frustration etc.  Et c’est ce qui, en quelque sorte rend, aussi, la vie intéressante…  Aussi « vivant » !

méditer pour gérer ses émotions
amzn.to

Et comment fait-on pour méditer ?

Il y a tant de façons… ! L’important est de cultiver la pleine conscience, devenir present avec ce qui EST ici et maintenant. Le yoga que je pratique (avec des postures qui s’enchaines) peut devenir une méditation en mouvement quand on est present avec chaque geste et chaque souffle. Le fait de rester immobile et observer la nature peut être une méditation. Observer la flamme d’une bougie, faire un travail manuel dans la pleine conscience, s’allonger et « ne rien faire » à part observer l’instant present etc…

Mais quand on médite pour une raison particulière – comme apaiser une douleur- je vous propose une exercice de méditation très simple pour commencer : 

  • S’installer en tailleur ou une chaise ( assis le dos droit), au calme sans interruptions possible (éteignez vos portables !)
  • Fermer les yeux
  • Se concentrer sur le souffle et observer chaque inspiration et expiration
  • Ensuite observer, activement ce qui se passe à l’intérieur – la douleur- sans judgement, observer les sensations de son corps, où est-ce qu’elle se place cette douleur? Un endroit précis? Ou peut être juste une sensation diffuse ? Observer.
  • Rester present avec la douleur. Accepter qu’elle est la. 
  • Avec chaque expiration, laisser la douleur s’alleger en imaginant que les tensions qu’elle à crée quitte votre corps, par les narines par exemple. J’aime bien imaginer un filet grise qui quitte mon corps et qui, petit à petit vous pouvez sentir le corps plus léger, le coeur plus léger. Le filet grise devienne progressivement de plus en plus pâle.
  • Continuer à cultiver la légèreté avec l’inspiration – se sentir plus léger avec chaque inspiration et continuer à évacuer des tensions et la douleur avec chaque expiration. Au bout de quelques minutes, on visualise le filet grise devenir transparente.
  • En dernier, on cherche une image rassurant et agréable pour diffuser une sensation de confort et de béatitude à l’intérieur. Cela peut être un endroit que vous adorez, un souvenir heureux etc. Par exemple, je me transporte souvent vers le lac où je me baignait du matin au soir l’été en suède 🙂 J’étais si heureuse la-bas ! On visualise clairement, on s’imprègne de ces sensations agréables et on les savourent pendant quelques instants / minutes (!).

 L’exercice n’est pas forcement facile quand on souffre, mais c’est pour ça que l’on continue à pratiquer… et avec le temps, cela devient plus facile de retourner vers son « happy place ».

Je pratique aussi des méditations guidées régulièrement pour un moment de bien-être immédiate- cela peut être d’un grand aide quand on débute !

être dans l'instant présent
aprèslapub.fr

 

« Accept your pain and use it to nurture your spiritual self — use it as a tool to foster your growing empathy, compassion, patience, courage, optimism, and loving-kindness with. There are infinite blessings to be found. »  – Anonymous

J’espère que cela vous inspire à vous initier à la méditation, ou l’approfondir peut être… laissez-moi un commentaire ci-dessous pour me dire où vous en êtes par rapport à la méditation ? La gestion des choses douloureuses ?

Love N

2 Commentaires

  1. Ivone dit : Répondre

    Chère Nadine,
    Comme ton article est authentique et inspirant, toute ma gratitude …
    Mon papa souffre de la maladie d’Alzheimer … j’ai dû accepter qu’il n.est plus tout-à-fait le même homme. J.ai pu lui exprimer une vieille souffrance et aussi mon amour. Il m.a fallu dépasser la pudeur des sentiments.
    Progressivement, je médite. Quand les émotions sont fortes, je me pose, je respire, je médite, et je m.apaise. Cet apprentissage se poursuit …
    Beaucoup de « love » pour toi
    Ivone

    Doucement, j,accepte qu’mourra un jour, qu’il fut un homme solide, courageux, honn’, et qu.aujou

    1. Nadine dit : Répondre

      Chère Ivone,
      Merci pour ton joli message ! C’est super de te lire… c’est extra que tu as initié ce dialogue avec ton papa. La communication est aussi un moyen puissant de transformation. C’est si important.
      Je te souhaite bon courage, et bonne pratique 🙂
      Bien à toi

Laisser un commentaire

*