Comment calmer l’envie de sucre après le repas ?

calmer son envie de sucre après le repas

L’envie de sucre après le repas, ça vous dit quelque chose ? La petite note sucrée après le plat, voilà une habitude alimentaire que de nombreuses personnes ont adopté et ont beaucoup de mal à changer… Saviez-vous qu’environ 90% de ma clientèle s’en plaint disant qu’elles/ ils n’arrivent pas à arrêter le dessert après le repas ? Cela leur paraît mission impossible, un vrai gros effort accompagné de frustration et du manque qui suit. Donc je sais que cela vous concerne et que vous aimeriez trouver des solutions pour apaiser ce « besoin ».

Bien sûr le dessert après un repas salé est quelque chose de purement culturel et un phénomène de société, ce n’est en aucun cas un besoin physiologique. Le sucre si, c’est un besoin, le plus gros besoin même ! Notre cerveau s’alimente en grande partie de glucose, et les glucides sont les carburants principaux de notre organisme (les glucides naturels pour être précise, et surtout pas le sucre raffiné inclus dans un grand nombre d’aliments transformés aujourd’hui).

Il est important de le prendre en compte, car malheureusement nous répondons à ce besoin en choisissant les mauvais types de glucides type pain blanc (baguette, pain de mie, viennoiseries), riz blanc, pâtes blanches, friandises et cela inclus : les desserts après les repas. Je parle des desserts « classiques » bien sûr, faits de farines et de sucres raffinés comme les tartes, les flans, la mousse au chocolat, le brownie, l’ile flottante, la glace, le café gourmand etc. Il y a sucre et sucre et je vous invite à en lire plus sur les effets du sucre et les différents types.

comment arreter le dessert après le repas
lifestrong.com

Le corps a besoin du fruit, mais ce n’est pas idéal en dessert

 

Les sucres naturels inclus dans les vrais aliments notamment les fruits, représentent des bons carburants pour nous, mais dès que l’on les isole (fructose pur) ou dès que l’on mange du sucre raffiné (sucreries, plats industriels) les problèmes commencent. Cela donne de violentes piques d’insuline que notre corps n’est pas construit pour gérer. La répétition régulière de ces piqûres d’insuline importantes est considérée comme un facteur déclencheur des maladies dites de civilisation (obésité, cancer, diabète de type 2, l’hypertension artérielle etc.).

Même si les fruits sont notre meilleure source de sucre, en manger en dessert est certainement la « pire » option.

En effet, lorsqu’un fruit cru est consommé en dessert, il reste « coincé » dans notre estomac, du fait des autres aliments ingérés, et commence à fermenter. Les fruits se digèrent très rapidement par rapport aux autres familles d’aliments ! Ballonnement et d’autres désagréments bonjour. Une digestion perturbée est un organisme perturbé. La salade de fruit n’est donc pas un dessert bienfaisant contrairement à ce que l’on croit souvent ! Par contre, en version compote – fruit cuit- la structure moléculaire du fruit a changé et cela passe beaucoup mieux. Vous allez voir ci-dessous les desserts « autorisés » 😉

Donc déjà, on sait qu’il y a des meilleurs choix de sucre à faire, mais il y a aussi un temps préférable selon la chronobiologie pour manger une concentration de sucre, et ce n’est pas après un repas !

Le dessert après le repas alourdi et ralenti la digestion avec comme résultat des désagréments digestifs variés type ballonnements, flatulences et fatigue.

Cela crée aussi une trop forte pique d’insuline (hyperglycémie) car le corps a déjà reçu le plein de sucre par les aliments (oui tous les aliments en contiennent naturellement) et d’en ajouter du sucre concentré à la fin du repas cela fait tout simplement – TROP ! Si en plus, votre repas était constitué d’une assiette pleine de pates, de pain, de riz et de diverses céréales alors se présente l’hyperglycémie TROP ++

Le moment idéal pour du sucré ? Dans l’après-midi vers 16/17 h où on a souvent besoin d’un petit coup de boost pour l’énergie. C’est à ce moment de la journée, que le taux d’insuline est naturellement élevé, permettant une meilleure gestion du sucré ingéré.  Le gouter évite également de grignoter avant le diner. Cela ne veut PAS dire qu’un Tiramisu est idéal pour le goûter… simplement que la petite note sucrée (la note sucrée saine oui ça existe !) se mange idéalement pour le goûter !

 

L’envie de sucre peut venir d’un déséquilibre biologique 

 

Commençons déjà par analyser un peu notre situation, car souvent cette forte envie de sucre vient d’un déséquilibre biologique. Les causes peuvent être si nombreuses ! Cela peut par exemple être que :

 

-vous êtes déshydraté – c’est souvent le sucre qui nous attire quand on est déshydraté, car cela crée une sensation de fatigue générale. Comme le sucre est le carburant numéro un pour avoir de l’énergie, le corps en réclame. Eviter par contre de boire pendant le repas (ou très peu) comme cela perturbe la bonne digestion.

-vous avez mangé trop salé avant – cela peut réveiller l’envie de sucre pour « équilibrer » le repas. C’est souvent aussi une question gustative, comme si une sensation de trop salé dans la bouche nous incitait de sucrer le palais 😉 

-vous avez déjà mangé un repas riche en glucides et/ou en sucres raffinés (le sucre appel le sucre) et surtout si vous mangez vite vous ne vous rendez pas compte de votre satiété et de votre « saturation » en sucre et l’envie de sucre persiste jusqu’au trop plein (l’estomac est trop plein et vous avez dépassé sa limite ainsi que le réel besoin physiologique de l’organisme en nourriture). Cela prend au moins 20 minutes au cerveau pour comprendre que l’on n’a plus faim.

vous êtes (déjà) fatigué ou votre repas vous a rendu fatigué- le sucre est un stimulant naturel, il nous procure de l’énergie donc forcément, la fatigue crée aussi parfois l’envie de sucre. Si le repas était trop lourd, ou trop complexe (mauvaises associations) ou contenait simplement quelque chose pas adapté à vous (gluten, lait, trop de protéines), le système digestif rame, et demande beaucoup d’énergie au corps pour y remédier. Et ainsi on ressent de la fatigue. La fatigue après le repas est toujours le signe que l’on a « mal » mangé. Après un repas on devrait se sentir en pleine forme avec de l’énergie renouvelée !

D’ailleurs, si vous êtes un(e) fatigué(e) chronique vous remarquera que vous êtes certainement totalement accro aux stimulants « coup de fouet » comme le sucre rapide, le café, thé, chocolat noir etc et c’est le signe que des changement de mode de vie s’impose. Le sucre ne résoudra ne sera pas la solution, mais le sommeil, une nourriture adequate et de l’activité physique si:-) Et en parlant de l’activité physique…

-…vous ne faites pas assez de sport – l’activité est essentielle au bon fonctionnement global de l’organisme et on a pu constater un lien entre une faible activité d’exercice physique et l’envie de sucre. L’activité physique déclenche la sécrétion d’hormones de bien-être, comme le sucre… je préfère personnellement stimuler la dopamine avec un peu de yoga plutôt qu’une madeleine 😉

vous avez suractivé le système de récompense (le cerveau qui secrète les hormones de bien-être à chaque prise de sucre par exemple) par la prise de sucre trop régulière et maintenant le cerveau en réclame de plus en plus souvent. Une petite détox au sucre s’impose pour déshabituer le corps et vous libérer de cette forte envie.

vous ne mangez pas assez de sucres naturels de façon globale– si par exemple, vous mangez plus de fruits dans la journée, il est très possible que le besoin du corps en sucre soit déjà comblé et l’envie de sucre après le repas diminue/ disparait. Essayez aussi de manger un fruit 15-20 minutes avant le repas !

vous êtes simplement trop habitué ! Depuis l’enfance vos repas finissent toujours par un dessert ? Votre cerveau a pris l’habitude de ce réflexe sucré, mais cela ne veut heureusement pas dire que vous ne pourrez pas trouver un nouveau réflexe (voir exemples plus bas).

vous êtes stressé et/ou vous essayez de répondre à des besoins émotionnels : l’envie de sucre peut en effet être émotionnel, vous pouvez en lire plus sur la gestion du grignotage émotionnel.

Je vous donne une autre piste ci-dessous, une astuce que j’utilise beaucoup et qui marche vraiment très bien.

 

Pour arrêter une habitude il faut la remplacer par une autre !

Il s’agit de choisir MIEUX. Pas supprimer. De simplement supprimer le dessert après le repas, du jour au lendemain, cela va à priori créer de la frustration, une sensation de vide et de manque ! Donc on garde le geste d’une suite après le repas mais on opte pour quelque chose de vraiment mieux pour notre organisme. Un coupe-faim naturel ça vous dit ? La tisane à la cannelle est un excellent choix après le repas, et en plus elle apporte un gout très parfumé et légèrement sucrée pour apaiser le palais… Vous n’aimez pas la cannelle ? Peut-être le gingembre vous conviendra mieux.

Si votre besoin est plus dans le geste et moins dans le « sucré », une tisane digestive est bien sûr parfaite ! Vous avez l’embarras du choix des plantes bienfaisantes : la menthe, le fenouil, la cardamome, l’anis, le cumin… il y en a pour tous les goûts.

Le sucré vous appelle toujours ? Ajoutez une cuillère à café d’un bon miel bio (une fois la tisane à la température juste pour dégustation, sinon vous ne profiteriez pas de ses précieux nutriments), et diminuez progressivement la quantité de miel jusqu’à boire votre tisane nature.

Les desserts « sains » à privilégier

Si l’envie de sucre après le repas est trop forte on opte par exemple pour :

les desserts crus à base d’oléagineux et de fruits secs comme ces bliss balls ! Une suffit pour satisfaire votre bec sucré !

dessert cru chocolat, l'envie de sucre

une ou deux petit(s) carré(s) de chocolat noir bio (cru de préférence) et avec au moins 70% de cacao. J’adore les Lovechock qui est très facile à trouver dans la plupart des boutiques bio.

une compote de fruit bien cuite sans sucres ajoutés

des fruits secs comme une datte ou deux (ou figue, abricot sec, mûres blanches) celles-ci perturbent souvent bien moins la digestion que les fruits frais

parfois un yaourt de chèvre ou de brebis avec de la vanille pure, quelque mûres blanches, des baies de goji ou une pincée de sucre de coco (par contre pas de produit laitier après un repas riche en protéines animales et éviter le lait de vache très inflammatoire et acidifiant)

-si on prend un dessert « classique », on choisit un fait maison avec des bons ingrédients non raffinés et des sucres naturels !

Voilà, c’était quelques conseils pour arrêter le dessert systématique et obligatoire d’après repas. Bien sûr on se fait plaisir parfois mais dans ce cas-là, on choisit quelque chose que l’on aime vraiment, et qui nous procure du vrai plaisir (la tarte au citron de ma meilleure amie un jour de fête CA c’est du vrai plaisir) et pas la mousse au chocolat industrielle qui fait que nous remplir de calories vides…  Toujours la qualité avant la quantité – et cela apportera encore plus de plaisir de déguster un beau dessert lors d’occasions spéciales que d’accumuler des petites sucreries quotidiennement par habitude.

J’espère que cela vous aidera pour diminuer le sucré après le repas (et ainsi l’apport en sucre global !). Quelles sont vos habitudes en termes de dessert ? Comment gérer-vous cette envie ?

Laissez-moi vos commentaires ci-dessous

Love N

image à la une © amihungry.com

Laisser un commentaire

*